La maison de paille

La maison de paille

Je fais des articles sur mon site surtout pour vous informer de ce qui se fait en terme de technique de construction alternative. En effet, il existe toutes sortes de construction. En voici une que j’aime beaucoup, la maison de paille.

La technique de construction en paille, qui a été initié au Québec, se nomme: La technique du GREB. (Plusieurs liens suivent dans l’article) La paille joue le rôle de l’isolant. Elle atteint une résistance thermique entre R35 et R40 (selon les sources), qui est nettement supérieur que ce que le Code national du bâtiment et la loi d’économie d’énergie recommandent en terme de résistance thermique pour les murs (R24.5).

Pour ceux et celles qui sont sceptiques par rapport au feu et l’humidité, la paille a un degré de résistance au feu (DRF) d’une heure et demi, soit presqu’autant qu’un mur à ossature de béton. La paille est tellement compressée qu’il n’y a pas d’air qui traverse le ballot. Nous savons tous que le feu se nourrit d’oxygène. Donc, pas d’oxygène, pas de feu! Le matériau intérieur doit être étanche à l’humidité, le crépi d’argile est parfait pour cela. Il ne faut surtout pas négliger une ventilation mécanique, à l’aide d’un échangeur d’air ou un ventilateur récupérateur de chaleur (VRC), et maintenir un taux d’humidité entre 40 et 60% pour éviter la prolifération de trucs indésirables. En bas de 40%, on risque d’avoir beaucoup d’acariens et en haut de 60% de la moisissure.

En conclusion, il n’y a rien à avoir peur du gros méchant loup!

Si vous avez des questions ou vous voulez avoir plus de renseignements, n’hésitez pas à me contacter!

Share post: